Préface

(actualisé le )

D’abord Préface.

Et même volte-face. Car je n’avais pas du tout l’intention de m’atteler à cette rédaction, si Nicole n’avait pas insisté. Vous lui devez donc entièrement ce texte. Je ne suis pas sûr que vous lui en serez reconnaissants.

De même, au chapitre de ce que je voulais faire et ne ferais pas, c’est intituler ça « Mémoires de guère ». D’abord par déférence vis à vis du Général, qui ne m’a rien fait, bien au contraire. Ensuite et surtout par déférence vis à vis des documentalistes, et leur travail quotidien, qui ne méritent pas une appellation si péjorative. En fait, ce que je voulais ainsi signifier, c’est que les élucubrations qui vont suivre ici même ne me paraissent pas d’une grande portée. Mais si elles peuvent vous amuser en vous parlant de notre boulot, alors, pourquoi pas...

J’aurais pu l’intituler aussi :

« Souvenirs de guère »

ce qui revient presque au même

ou bien encore :

« Protohistoire des CDI »

ce qui fait pseudo-scientifique attardé.

Donc, puisqu’il faut bien un titre, j’intitule ça prosaïquement :

« De la Doc à l’Infodoc :

trente années de CDI

ou

Mémoires de Doc »

Ce qui n’est pas très original, mais suffisamment explicite. Et en plus c’est faux ; je commence par un mensonge, ça commence mal... C’est faux parce que ça ne fait pas tout à fait trente ans. Mais rajoutez dans le titre « pas tout à fait » avant « trente ans » et vous verrez immédiatement que ça ne fait pas bien pour un titre. Restons-en là.

.Maintenant les avertissements.

Ceci n’est pas une confession exhaustive. Il n’y aura pas de mensonges, mais il y aura forcément des omissions, et des inexactitudes involontaires !! Les noms seront quelquefois remplacés par une seule lettre majuscule. C’est plus sûr.

Je commence ce feuilleton sous forme de pages que j’enverrai avec une cadence parfaitement irrégulière. Il ne faut pas demander à un retraité d’être ponctuel. Chaque page prendra la place de la précédente mais l’autre restera en stock. J’ai l’autorisation de m’épancher largement, mais je ne veux pas encombrer le site de ma prose... et je ne veux pas abuser de l’hospitalité qui m’est accordée. Et puis, que ça fasse un peu feuilletoniste à la Alexandre Dumas (excusez du peu !) n’est pas pour me déplaire.

Voilà, c’est parti.

J’espère avoir autant de courage, pour écrire, que ce qu’il en vous faudra certainement pour me lire. Autant dire beaucoup.

Alain Gurly

NOTA : Autre chose, et très important pour moi. Tout ce site est en libre copie et reproduction, mais pas ces pages. Non. Il faudra éventuellement mon autorisation. Je préfère le dire catégoriquement avant même de savoir si quelqu’un lira tout ça un jour....! D’où le copyright ci-dessous.

Ah. Je remercie infiniment les gestionnaires du site d’accueillir ainsi mon Mémo-Feuilleton-Doc. Je n’aurais jamais osé, si on ne me l’avait pas prop..osé.