Doc pour docs
Site mutualiste et indépendant, réalisé à domicile par des professeurs documentalistes, pour les professeurs documentalistes.
Site mutualiste et indépendant

Accueil > La culture de l’information > Le document de collecte > Le document de collecte : quand la recherche documentaire devient écriture, (...)

Télécharger l'article au format pdf Le document de collecte : quand la recherche documentaire devient écriture, mémoire et partage

mardi 8 avril 2014 par Doc pour Docs

Depuis 2008 et la publication des travaux de Nicole Boubée, nous avons fait évoluer le document de collecte avec nous.

Tel que défini au départ, il est une compilation d’extraits copiés-collés réalisée avec un traitement de texte. Il a une double fonction dans le processus informationnel :

  • une fonction de soutien à l’éclaircissement conceptuel d’un thème de recherche,
  • une fonction de régulation de son activité informationnelle.

Depuis, les outils à notre disposition ont évolué, aidant à la structuration de la pensée lors de la démarche de recherche d’information, d’où le besoin et la nécessité de questionner sans cesse le document de collecte.

Dépasser la recherche documentaire par étapes : du stockage au partage

Le document de collecte ne peut pas et ne doit pas être relié aux étapes traditionnelles de la recherche documentaire, au risque de retrouver des problématiques qui enferment et conditionnent les élèves dans un usage scolaire de la copie.

Les tâches documentaires nous semblent bien plus porteuses d’apprentissages si on travaille dès la 6e à qualifier les sources et comprendre leur contenu dans un ensemble. Si on reste sur des tâches classiques, issues de l’ère de l’imprimé exclusif, on est souvent gênées aux entournures. Les élèves ont du mal à prélever (ou extraire) l’information, à passer de l’information à des connaissances et à une production demandée. Par contre leur demander de situer une information dans un discours, dans un débat, est l’occasion de construire des connaissances et d’évaluer une information dans un ensemble.

Nous voyons deux alternatives se dessiner en terme d’attendus des élèves et de compétences à évaluer :

  • Repenser les productions attendues en passer du copier-coller au copier-coller-créer avec des productions littéraires ou artistiques ou encore amener les élèves à produire un nouveau document du type : dialogue, interview journalistique ou fictif, etc…
  • Prolonger le document de collecte vers l’annotation, l’anthologie et l’éditorialisation. (ici et ). Certains outils du Web 2.0 (les outils de curation Scoop.it) ou de gestion et partage de signets comme Diigo) semblent donner une pérennité au document de collecte ; pérennité qu’il n’avait pas forcément vocation à avoir au départ.

Or dans notre société numérique, il est à la fois essentiel de penser le stockage et la mémoire mais également la transmission et le partage.

La collecte de documents et d’informations avec des outils du Web 2.0 (dans un niveau donc plus avancé) permet de combiner ces deux défis.

Une nécessaire (re)définition du document de collecte

* Nous nous inspirons ici de la structure proposée dans le Wikinotions de la FADBEN. La structure proposée représente un bon moyen de didactisation et de schématisation de la pensée, nous proposons ici d’en reprendre la trame afin de présenter une définition du document de collecte. Le document de collecte n‘étant pas à proprement parlé une notion, cette définition de document de collecte ne trouve pas sa place dans le Wikinotion.

Caractéristiques :

Le document de collecte (Niveau débutant)

  • contient plusieurs sources
  • propose un extrait en copier-coller pour chaque source et la référence de la ressource
  • est une compilation de ces sources sans obligatoirement de mise en forme

Le document de collecte (Niveau avancé)

  • présente une structure organisationnelle spécifique (empilement de copiés-collés référencés)
  • peut être créée avec des outils variés
  • peut faire l’objet d’une mise en forme ou d’une éditorialisation. Cette éditorialisation est dictée par les contraintes de l’outil.
  • peut être partagé avec une communauté en ligne
Définition (Niveau débutant)

Un document de collecte se présente sous la forme d’une liste de courts extraits copiés-collés dont on donne à chaque fois la source. Il aide à comprendre son sujet de recherche. il est le point de départ d’une recherche documentaire. Il peut être retravaillé et faire l’objet d’une évaluation individuelle et/ou collective sur les choix opérés. Le document de collecte est un document secondaire.

Définition (Niveau avancé)

Un document de collecte peut être réalisé avec différents outils (logiciel de traitement de texte installé sur ordinateur ou collaboratif en ligne), bibliothèque de signets collaborative, outil de curation, etc. Il peut mêler texte, son, image fixe ou animée.
Un document de collecte peut être est annoté : qualification de celui parle, des arguments ou contre-arguments avancés, liens d’une source à l’autre.
Il peut permettre la construction d’un plan par le regroupement d’idées.
Il propose des allers-retours permanents avec les sources.

** Exemples

Une page de traitement de texte imprimée contenant un empilement d’extraits référencés
Une page collective sur un pad contenant un empilement d’extraits référencés
Un fichier Mp3 compilant des extraits sonores variés et référencés
Une bibliothèque de signets (par exemple sur Diigo) avec copier-coller d’extraits
Une page de curation (par exemple sur Scoop.it) avec copier-coller

** Contre-exemples

Un article photocopié ou imprimé
Une bibliographie normée
Une sitographie normée
Un dossier documentaire

Collecte de document ou document de collecte ?

La collecte de documents est une compilation de références de documents primaires à l’aide d’un outil (Par exemple une simple liste de liens sur un traitement de texte, un Scoop it sur un thème en particulier, des signets sur Diigo ou Delicious qui ne seraient ni annotés, ni commentés). Dans la collecte de document, il y a donc sélection de documents.
Il y a donc une différence entre la collecte de document (action de sélection) et le document de collecte.

La collecte peut ainsi déboucher sur

  • une sélection de documents (une sitographie) et/ou
  • un document de collecte.

On comprend donc l’intérêt d’intégrer le document de collecte à la production finale car il apporte une plus value informative et éditoriale alors qu’on laisse la sitographie en annexe (pour aller plus loin et citer ses sources)

Un document de collecte : et après ?

L’analyse du document de collecte permet un retour sur (voire une évaluation) de l’activité cognitive ; on peut ici faire des liens évidents avec la notion de prise de notes.

“La prise de notes pourrait être définie comme un outil personnel servant à éditer un savoir (connu ou à découvrir) à partir d’un type particulier de traitement cognitif d’une information donnée.” Dictionnaire des concepts info-documentaires

Une liste de signets peut devenir document de collecte à partir du moment où il y a annotation et sélection d’extraits. Ainsi, à partir du moment où l’élève, sélectionne au sein d’un document une ou des informations précises, et en fait une copie, il y a bien “document de collecte” tel que nous l’avons défini..
Le document de collecte engage le fait que l’utilisateur devient l’auteur de ce document par la sélection, le prélèvement, le croisement des informations, l’organisation de celle-ci etc... L’auteur du document est donc actif dans la construction du document de collecte. ce dernier n’est pas que le fruit d’une réflexion mais également le résultat de tâches informatiques précises, de procédures dont les compétences sont à acquérir et travailler.

Il se joue avec ce document de collecte quelque chose de fondamental, un nœud qui en dit beaucoup des transformations sociales en cours dues à la numérisation de l’’information.

Les réflexions de Louise Merzeau, d’ Anne Cordier, ducollectif SavoirsCom1 ,et d’autres, sur le statut de la copie dans le contexte des communs mettent le doigt sur une clé de compréhension et d’action (pouvoir d’agir dans et sur le monde) au sein de la société en devenir qu’il nous appartient d’enseigner à nos élèves.

“"Cette mémoire transmédia se construit dans les va-et-vient d’un espace à l’autre, dans le partage des documents, dans l’archivage in progress. Elle s’adosse à de nouvelles compétences, qui relèvent moins du stockage et de la conservation que du savoir copier-agréger-relier-décomposer-recomposer. Une telle compétence mémorielle recouvre un savoir lire-et-écrire numérique, qu’il est urgent d’enseigner et de transmettre..." L. Merzeau

Quels enseignements à travers le document de collecte ?

Le document de collecte a pour enseignement central :

— > la copie (DOCUMENT DE COLLECTE) qui mène à l’appropriation des ressources et à S’INFORMER. Si le document de collecte est partagé, il permet de garder trace du cheminement de la pensée. Il devient une forme de recommandation, de discours qui se construisent au fur et à mesure de la recherche.
Il s’agir de copier un lien et de le partager et expliquant pourquoi. Préciser par un commentaire en quoi ce site va être utile pour la production demandée à partir d’extraits du site annotés. La copie peut donc être envisagée comme la reprise de connaissances à améliorer, à éditorialiser.

l’écriture dans laquelle se jouent des savoirs et des compétences info-documentaires (savoir évaluer la source, auteur, autorité), savoir indexer (les tags). Dès lors il s’agit de MEMORISER sa collecte pour en faire COLLECTION.

la diversité des sources (et leur intention ) mise en valeur dans une ANTHOLOGIE destinée à INFORMER. On pourra ici s’appuyer sur la cartographie des sources et proposer aux élèves des activités d’évaluation de l’information et de la véridicité de la source.

l’autoritativité est remise en question sur le Web et la notion d’auteur est à réinterroger. L’élève, avec le document de collecte, devient auteur ou co-auteur : il organise, classe, donne en partage, ajoute une plus-value à l’information récoltée. Cela permet de doter les élèves de clés d’analyse et de compréhension des logiques de production de l’information.

JPEG - 76.3 ko

Ces enseignements passent par l’appropriation de contenus, la collecte d’informations et leur organisation (du document de collecte à l’éditorialisation de parcours de lecture)

Pour compléter :

* les articles sur le document de collecte publiés surDoc pour Docs
* Quand la lecture devient écriture par Marion Carbillet
“Du document de collecte à la pratique de l’anthologie : travail de synthèse et de réflexion à partir des travaux menés par plusieurs collègues professeurs documentalistes autour du document de collecte et de l’éditorialisation.”

Des exemples de documents de collecte :

http://docabord.wordpress.com/2013/02/18/document-de-collecte/
http://www.pinterest.com/odysseedln/le-document-de-collecte/

P.-S.

Article rédigé par Aline Bousquet, Marion Carbillet, Anne Delrieu, Armelle Mourtada, Hélène Mulot , Marie Nallathamby. Nous remercions Noël Uguen, Anne Cordier et Nicole Boubée pour leur relecture.



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Sauf indication contraire, les articles de ce site sont mis à disposition sous licence Creative Commons : Licence Creative Commons
Move Commons À but non lucratif, Reproductible, Contribuant à d'autres buts, Organisation horizontale  Move Commons