Acquérir une culture numérique par le langage et l’histoire

2 | (actualisé le ) par Aline Bousquet, Marie Nallathamby

Cet article a été rédigé à deux. Sans nous concerter, à plus de 200 km de distance, au même moment de l’année, nous avons créé des séances sur le vocabulaire et l’histoire d’Internet et du Web. Cela n’est pas un hasard. Nous avons eu l’impression qu’aborder Google, la recherche sur le Web ... n’était pas suffisant. Il manquait une étape : l’histoire d’Internet et du Web et le vocabulaire lié à leurs usages.

Nous vous proposons les deux scénarios de séances : le premier est une séance d’une heure, le deuxième dure 2h.

" La culture permet de penser le monde et de se penser dans le monde "
Philippe Meirieu

0bjectif : acquérir une culture numérique

• Savoir nommer les outils de son environnement numérique quotidien
• Connaître et utiliser le vocabulaire adapté à sa pratique
• Savoir prendre du recul sur ses pratiques en comprenant son usage d’Internet et du Web
• Savoir situer son histoire dans l’histoire des inventions de son environnement numérique quotidien.

Version 1 heure : l’histoire puis le vocabulaire

La séance de verbalisation est introduite par l’apport d’éléments historiques pour que les élèves replacent internet et le Web dans le temps. (fichier « Pour une petite histoire d’internet et du Web »)

OpenDocument Presentation - 256.1 ko
Diaporama « Pour une petite histoire d’internet et du web »

La séance est assez courte et débute par un aperçu "historique".

1) présentation d’un fait d’actualité : les 20 ans de l’entrée du Web dans le domaine public.

• Mise en avant de la dimension publique : le Web devient accessible (théoriquement et non pas encore dans la pratique) à tous. Une capture d’écran du premier site Web public leur est présentée sur diaporama. Description orale et collective de la page Web (une page très "classique", texte noir et bleu [les liens hypertextes], fond blanc)

2) Évolution des outils de recherche sur le Web

• Présentation visuelle de l’outil de recherche Yahoo à deux dates différentes (1994 : annuaire de recherche / 2006 : annuaire et moteur de recherche). Les élèves sont invités à découvrir les interfaces intermédiaires en se rendant sur l’ENT et en accédant à un article en ligne via un lien http://news.cnet.com/2300-1032_3-6072801-1.html
• Nous comparons ensemble et oralement les deux interfaces

3) Le vocabulaire d’internet et du Web :

• Les élèves décrivent brièvement (à l’oral) leur parcours pour accéder au Web.
Avant de verbaliser et de remplir la grille de mots croisés, je demande aux élèves de décrire leur parcours pour accéder à une information sur le Web, à partir d’un ordinateur éteint. Il s’agit de partir des usages et des représentations des élèves pour verbaliser l’internet et le Web. Les élèves répondent généralement de la manière suivante :
- j’allume l’ordinateur,
- je me connecte à Google
- je tape ma question
- je clique sur le premier résultat
Les élèves sont invités à compléter une grille de mots-croisés. Nous corrigeons ensemble, de façon orale. Un tableau de 2 colonnes est tracé : navigateur de recherche d’un côté, moteur de recherche de l’autre. Nous recensons les navigateurs et moteurs connus et au besoin le professeur-documentaliste complète par des outils peu connus.

OpenDocument Text - 57.1 ko
Grille de mots croisés

Version 2 heures : le vocabulaire puis l’histoire

• 1ère heure : Le vocabulaire d’Internet

La séance est en deux temps :
1) Fiche-outil "6-14 Internet et Web"
Qu’est-ce qu’Internet ? Qu’est-ce que le Web ? Comment accéder au Web ?
Verbalisation par les élèves puis explication avec projection des schémas (en ligne) au tableau puis distribution des 2 fiches 6-14 que nous complétons.

PDF - 173.7 ko
Comment acceder au web
PDF - 83.1 ko
Fiche 6-14 internet et web

On y rajoute les outils qu’ils connaissent : Google, Facebook, ENT, You tube ...
Fiche "comment accéder au Web" : on rajoute "navigateur" sous les icônes des navigateurs, et nous complétons les deux dernières phrases (Fournisseur d’accès internet, navigateur)

2) Fiche-outil "6-15 le vocabulaire d’Internet"

PDF - 15 ko
Fiche 6-15 vocabulaire d’internet et du web

Le tableau est complété avec présentation d’exemples au vidéo-projecteur. Certains élèves découvrent ce que sont les blogs, forums …
Cet exercice permet de répéter les mots vus en amont : Internet, Web, FAI, navigateur, site Web et d’y rajouter des exemples (dits à l’oral précédemment et écrits à ce stade)
« Courrier électronique » : je mets une fausse adresse afin qu’ils mémorisent le @ propre à l’écriture de l’adresse Mail. C’est l’occasion pour certains élèves d’apprendre à prononcer le mot « arrobase ».

2ème heure avec la timeline Audio Vidéo Créo :

Fiche-outil "6-16 l’histoire d’Internet "

PDF - 103.6 ko
Fiche 6-16 histoire d’internet et du web

Nous effectuons la recherche et remplissons la fiche-outil ensemble. Les élèves se prêtent au jeu et veulent être les premiers à trouver les réponses.
Ils ont été très étonnés de découvrir la raison de la création d’Internet et du Web et de constater que ces inventions sont maintenant à leur portée (c’est l’occasion d’aborder le mot « démocratisation » du média Internet).
"Plus de 80% des sites sont commerciaux" : cette information est un bon prétexte pour leur rappeler qu’il est important de valider un site Web avant d’en prélever l’information et qu’il ne faut pas utiliser les yeux fermés les sites proposés par Google. Je les aide à se représenter les 80% en les comparant à des sites web. J’ai des groupes de 12 élèves, soit 12 sites Web imaginaires, soit 2 uniquement qui ne sont pas commerciaux.

Fiche-outil "6-16 je récapitule" :

PDF - 34.9 ko
Fiche 6-16 je récapitule l’histoire d’internet et du web version élève
PDF - 36 ko
Fiche 6-16 je récapitule l’histoire d’internet et du web

Cette fiche se remplit en 5 minutes à la fin de la séance et permet de mieux visualiser et comprendre la logique des inventions reliant ordinateur-internet-Web. Les élèves trouvent facilement.

La fin de cette séance est l’occasion de regarder quelques minutes les tendances des requêtes de Google en temps réel (accessible via la timeline par la bulle « Google »). Les élèves ont été étonnés et intrigués de voir autant de requêtes en chinois : prise de conscience que la Chine représente une très grande part des internautes. (plus de 500 millions d’internautes chinois en 2012 soit ¼ des internautes mondiaux)

Analyse de ces séances :

1. Les Compétences en littératie numérique ou l’acquisition d’une culture numérique

• le vocabulaire d’Internet

Savoir nommer les outils de leur environnement numérique quotidien : lier signifiant (le mot, « l’image acoustique ») et signifié (représentation mentale)
Les élèves ne connaissent pas les mots désignant ce qu’ils utilisent. Ils nomment Web, Internet, Google, moteur de recherche … tout et rien à la fois : Google est le Web, Mozilla est un site Web, You tube est Internet ... c’est comme faire apprendre une langue étrangère à des élèves. Ce qu’ils nomment « chaise » est en fait « robinet ».
Or, nommer, c’est désigner. Apprendre à nommer l’outil, c’est apprendre à designer l’outil afin de faciliter la communication entre eux et avec les enseignants. Appliquer le même vocabulaire permet une meilleure compréhension, notamment lors des consignes. C’est également aider le futur citoyen/salarié dans sa communication avec les autres habitants de la Cité/entreprise.

Connaître et utiliser le vocabulaire adapté à sa pratique : lier savoir déclaratifs et savoirs procéduraux
« J’utilise un moteur de recherche pour trouver un site Web » ... que cela signifie-t-il réellement pour l’élève ? Comment l’élève peut comprendre ses pratiques et savoir-faire (savoirs procéduraux) s’il ne comprend pas les mots qu’ils utilisent (savoirs déclaratifs).
Il s’agit de leur faire associer le bon mot à la bonne pratique. Comprendre l’utilité de l’outil permet de comprendre le lien entre les outils et ses gestes : quand je clique sur Mozilla Firefox qui est un navigateur, j’ouvre une fenêtre qui me permet de voir le Web et d’y naviguer. Internet ne s’ouvre pas car c’est un réseau informatique et non un site Web (on entend beaucoup « je n’arrive pas à ouvrir Internet ». Les élèves confondent « Internet Explorer » et « Internet ») On se retrouve là au même stade qu’un élève de maternelle devant l’interrupteur de sa lampe de chambre : je clique, j’allume, je reclique, j’éteins.
Google est le moteur de recherche le plus utilisé par les élèves et commence à être « étudié » au collège. Pourtant, ils le considèrent souvent comme le « centre du Web » ou le point de départ du Web car c’est la première vision qu’ils ont du Web lorsqu’ils ouvrent leur navigateur à la maison. En effet, Google est souvent en page d’accueil de leur navigateur. Il devient alors, dans leur imaginaire, le Web ou un passage obligé pour aller sur Facebook, You tube, l’Espace Numérique de Travail de leur établissement scolaire … Google est au centre de leurs pratiques internettiques, sans en comprendre pourquoi.

Savoir prendre du recul sur ses pratiques en comprenant son usage d’Internet
Comprendre ses actes, c’est comprendre l’intention de l’acte et en appréhender les conséquences. Prendre du recul sur ses intentions, c’est être capable de les définir et de les modifier : « J’ouvre un navigateur CAR je veux accéder au Web. Le navigateur fonctionne indépendamment du Web et d’Internet. Internet et le Web sont différents. Je veux accéder au Web car je veux faire une recherche d’informations. Utiliser Google est un choix car c’est un moteur de recherche. Je sais que je peux utiliser un autre moteur de recherche que Google. Si je connais l’adresse URL du site, je peux directement y accéder grâce à l’adresse URL sans utiliser Google … ».

• L’histoire d’Internet et du Web : comprendre la genèse des outils qu’ils utilisent au quotidien

Étonner pour mieux apprendre grâce au conflit cognitif.
Au tableau : ils me donnent les dates de création d’Internet (1930 à 1990 !), du Web, Mozilla Firefox et Google.
Je les écris sur la partie mobile du tableau. Ainsi, durant toute la séance, nous regardons les dates proposées avec les véritables pour comparer. Chaque outil crée de l’étonnement et de l’intérêt : Internet créé pour des militaires américains, pas en 1990, le Web pour des scientifiques … le lien hypertexte inventé avant Internet ... A la séance suivante, j’ai constaté qu’ils avaient retenu les raisons de la création d’Internet et du Web ainsi que leur période de création.

« Se penser dans le monde » : savoir situer son histoire dans l’histoire des inventions de son environnement numérique quotidien.
Une fois devant la timeline , ils doivent trouver l’année de leur naissance et regarder les outils créés autour de cette année : étonnement ! Ils trouvent Google, Wikipédia, You tube … tout leur environnement numérique quotidien.
Lors de la recherche, les élèves ont fini par me dire « et nous en France, qu’est-ce qu’on a découvert ? » … je leur ai un peu parlé du Minitel que je n’ai pas mis dans cette Timeline (ayant été abandonné) mais ils ont pris conscience qu’ils utilisent des médias sans frontières dont l’origine géographique n’a aucune importance (je n’aborde pas la question du stockage des données).
La timeline permet également de leur faire visualiser l’accélération des inventions numériques depuis celle du Web et à quel point celui-ci est « jeune » par rapport à l’invention du cinéma par exemple. Nous ne sommes qu’à ses débuts et il évolue sans cesse (certains élèves étaient bouche-bée en y réfléchissant).
La fiche « Je récapitule » permet également d’avoir une vue globale sur l’histoire d’Internet et donc de comprendre la logique des inventions. Cette compréhension, idéalement, permet de bien différencier l’usage de chaque outil (en lien avec la séance du vocabulaire d’Internet et du Web).

2. Utiliser un outil pour faire travailler des compétences en littératie informatique : la timeline

La navigation hypertextuelle : l’individu dirige la machine
L’usage de la timeline nécessite plusieurs compétences :
• savoir utiliser la souris comme une extension d’un doigt sur un écran (on peut déplacer la timeline avec la souris comme on feuillette les pages d’une tablette tactile ou smartphone avec son doigt)
• savoir utiliser la mollette de la souris (pour également déplacer la timeline. Certains élèves ont trouvé cette possibilité seuls … pratique empirique en direct ! )
• savoir utiliser le clic gauche de la souris : la navigation hypertextuelle traditionnelle
Les élèves ont tendance à être soumis à « la machine » (l’ordinateur). Ils restent face à leur écran « madame, qu’est-ce qu’on fait ? » attendant qu’un miracle se produise et qu’une nouvelle page apparaisse. Cette séance sur la timeline les oblige à être constamment en situation de « dirigeants » afin que l’information leur parvienne. Je comparerais leurs gestes à une partition de musique qui nécessiterait de jouer 5 notes ou gestes :
• recherche de la « bulle » outil sur la timeline (souris ou mollette)
• cliquer sur « suite » pour avoir la date exacte de création
• cliquer sur « en savoir plus » pour accéder à la page Web où se trouve l’information
• cliquer sur le sommaire de Wikipédia ou de la page Web
• cliquer pour fermer la fenêtre.

Les élèves jouent cette partition 9 fois dans la 1ère partie de la séance 6-16.

3. Compétences en littératie informationnelle :

Savoir prélever une information exhaustive
Pour chaque invention technologique et médiatique, je leur demande de trouver les 5W qui constituent une information exhaustive :
La date de son invention / Ce que c’est ? / Qui l’a créée ? / Dans quel pays ? / Pourquoi ?

Wikipédia : trucs et astuces pour trouver rapidement l’information
L’histoire d’Internet s’écrit ailleurs que sur le Web ! J’ai eu beaucoup de difficultés à trouver des documents sur l’histoire d’Internet, du Web, de You Tube, navigateurs … accessibles à des 6°. Wikipédia a été « la porte de secours » qui s’est avérée être une « porte d’entrée » pour travailler la recherche d’informations dans Wikipédia :
• Utilisation du sommaire pour ne pas lire tout l’article : chercher une date de création dans « histoire » ou « origine »,
• Chercher un nom propre dans les liens hypertextes en bleu (les mots importants, les noms propres sont très souvent des liens vers d’autres articles donc en bleu. Cela permet de faire une recherche plus rapide).
• La définition de l’outil et la raison de sa création sont souvent dans l’introduction de l’article de Wikipédia.

Pourquoi cette séance ?

Aline : Depuis que nous sommes enfants, nous savons que si nous appuyons sur un interrupteur, la lumière s’allume. Nous comprenons que l’interrupteur est « lié » à cette lampe, que l’acte d’appuyer sur l’interrupteur aura une conséquence sur la lampe qui sera soit éteinte, soit allumée. Nous avons donc un pouvoir sur cette lampe et sur la lumière de la pièce.
A l’école puis au collège, on nous enseigne l’électricité, c’est à dire les connaissances qui nous permettent de comprendre enfin le lien physique entre l’acte d’appuyer, l’interrupteur, la lampe et l’électricité.
Pourquoi ne pas faire la même chose avec Internet, réseau qui est aussi présent dans notre environnement quotidien que l’électricité ?
Les élèves savent qu’en cliquant sur une icône, ils ouvrent l’Environnement numérique de travail de leur collège. Cependant, ils ne connaissent pas et ne comprennent pas les processus réels qui leur permettent d’accéder à ce site Web. Ils sont devant Internet au même stade qu’un élève de maternelle l’est devant l’interrupteur : si je clique, ça s’ouvre.

Marie : Il me semblait important que les élèves puissent identifier les différents outils qu’ils manipulent au quotidien et qu’ils puissent les nommer. L’expérience montre que la confusion entre navigateurs et moteurs est bien réelle. Elle doit être, je pense, rappelée à chaque niveau, lors de chaque séance utilisant ces outils.
J’ai décidé de demander aux élèves (tous niveaux confondus) de préciser quel était le navigateur et le moteur utilisé à chaque début de recherche d’information sur la fiche de travail, lorsqu’ils manipulent internet.
Je souhaitais également me rendre compte du niveau de compétences "innées" (par une manipulation presque quotidienne qui mènerait à une sorte "d’auto-formation") des élèves sur ces questions-là. Même s’ils savent utiliser ces différents outils, sont-ils pour autant capables de les identifier, les différencier, les définir ? L’expérience de ces séances (avec 2 classes) tend à montrer que non.
Enfin, il s’agit aussi de leur montrer qu’Internet et le Web ont leur propre vocabulaire, leurs propres "codes" et leur propre histoire.

Si nous devions faire un bilan, nous dirions ...

- que les élèves ont été très motivés, très surpris de remonter aux origines de l’Internet et du Web. Dater, resituer dans le temps ces inventions : pour eux, ils semblaient s’agir de découvertes étonnantes, surprenantes, dont ils ne soupçonnaient pas l’existence. Cette séance m’a permis d’éveiller leur curiosité pour la suite des séances liés à Internet et au Web, intitulées pour l’occasion "Culture Net’".
- A l’issue de la séance et lors des suivantes, je me suis rendue compte que la confusion était toujours là pour certains élèves. Ceci peut aussi s’expliquer par le fait qu’il s’écoule 15 jours entre deux séances et qu’il est donc difficile de "fixer" son savoir dans ces conditions. Un rappel en début de séance semble donc important et nécessaire.
- Cette séance arrive en fin d’année, à un moment où les élèves de 6° ont suffisamment "pratiqué" le Web pour comprendre l’importance d’utiliser le bon vocabulaire. Pour certains élèves, comprendre qu’un moteur de recherche sert à rechercher et qu’un navigateur sert à naviguer reste cependant difficile. Je me suis interrogée sur la pertinence de faire ces séances dès le début d’année de 6°. Or, je ne crois pas que les élèves soient assez matures. Souvent, ils découvrent Mozilla Firefox, Facebook, les blogs, Wikipédia ... durant cette première année de collège et leur apprendre une histoire et un vocabulaire liés à des outils qu’ils n’utilisent pas encore me semble difficile. Dans tous les cas, le bon vocabulaire est utilisé et répété durant toutes les séances dès le début d’année.

Quelques pistes pour les élèves de 6° mais également d’autres niveaux :

• Observer le code-source d’une page Web pour s’initier aux balises du codage. Découvrir l’envers du décor. On peut pour se faire présenter ces coulisses lors d’une séance sur le classement des résultats sur un moteur de recherche. En effet, en observant le fonctionnement d’un moteur de recherche, on se rend compte que les mots-clés, leur positionnement et leur fréquence dans une page détermine la place de celle-ci dans le classement des résultats.
• Séances sur Wikipédia : comprendre de quel type de sites il s’agit.
 un site collaboratif : chacun peut participer et alimenter l’encyclopédie. Sur inscription, validation d’un article avant publication, principe de modification…
 Comprendre l’objectif du 6ème site le plus consulté à l’échelle mondiale : pourquoi ne pas transposer ce qui se fait déjà sur Google, à savoir des recherches sur la fondation Wikimédia, définition d’un wiki, revenus permettant au site de fonctionner ...

Évaluations

B2I : 4 s’informer, se documenter : Chercher et sélectionner l’information demandée
Socle commun :
• Compétence 5 : la culture humaniste
2 Situer dans le temps, l’espace, les civilisations : Situer des événements, des œuvres littéraires ou artistiques, des découvertes scientifiques ou techniques, des ensembles géographiques.
• Compétence 6 - Les compétences sociales et civiques
1 Connaître les principes et fondements de la vie civique et sociale : Fonctionnement et rôle de différents médias

Partager cette page